A la découverte du marais Poitevin, la Venise verte

Le marais Poitevin est une région naturelle de France située dans les régions Nouvelle-Aquitaine et Pays de la Loire. Réparti sur les départements de Vendée, des Deux-Sèvres et de la Charente-Maritime, le marais Poitevin, aussi connu sous le nom de « Venise verte » constitue, avec la baie de l’Aiguillon, un parc naturel régional qui s’étend sur près de 100 000 hectares. Aménagé par l’homme dès le 11è siècle, le marais Poitevin est composé de trois grands ensembles liés à son fonctionnement hydraulique : le marais maritime, le marais desséché et le marais mouillé. Dans cet article, nous allons nous intéresser à l’histoire du marais Poitevin et à l’aménagement de cette région naturelle constituée de kilomètres de canaux, de rivières et abritant une grande variété de flore et de faune, dont de nombreuses espèces rares ou menacées.

L’histoire du marais Poitevin et de son aménagement

A l’époque gallo-romaine, on estime que la marée remonte jusqu’à Marans, du côté de la Sèvre Niortaise, un fleuve qui traverse Niort, ainsi que du côté de la Vendée. La région est aussi célèbre pour son exploitation de sel marin, baptisé « sel du Poitou ». A partir du 7è siècle, les grands seigneurs féodaux procèdent à des concessions et à des donations des parties du marais aux abbayes locales, comme l’abbaye de Maillezais ou encore le monastère de Luçon. Des travaux d’aménagements des marais sont réalisés afin d’optimiser la productivité des cultures, de l’élevage, de la pêche et pour développer l’activité liée aux marais salants. Dès la fin du 10è siècle, des travaux d’endiguements de marais séchés sont réalisés afin d’exploiter plus facilement les terres de la région. En 1189, le canal de Bot-Neuf, aujourd’hui appelé canal du Clain et long de 14,2 kilomètres, est creusé par l’abbé de Moreilles. Le canal des 5 abbés, destiné à dessécher les marais du Langon et de Vouillé, est creusé entre l’an 1200 et 1217. Par la suite, d’autres grands canaux évacuateurs seront également creusés.

Sous Henri IV, les travaux d’assèchement du marais Poitevin s’intensifient, supervisés par Humphrey Bradley, un ingénieur hollandais spécialisé en hydraulique. Sous l’impulsion de Pierre Siete, les premiers syndicats de marais, composés de regroupements de propriétaires, voient le jour au 17è siècle. Le contrebot de vix, l’un des plus longs canaux du marais Poitevin, est creusé dès 1662. De même, des travaux de réalisation d’aqueducs sont mise en œuvre afin d’améliorer la gestion de l’eau, et notamment l’évacuation de l’eau des marais mouillés. Dès la fin du 17è siècle, les marais desséchés et les marais mouillés sont complètement dépendants les uns des autres.

Naviguez sur les canaux du marais Poitevin en barque, avec ou sans batelier

Le marais Poitevin et l’aménagement du marais mouillé

En 1808, Napoléon 1er décrète l’aménagement de la Sèvre Niortaise afin de rendre le fleuve navigable, période marquant le début d’une campagne de grands travaux qui vont s’échelonner durant près d’un siècle. La révolution française et la création des départements divisent artificiellement cet espace entre la Vendée, la Charente-Maritime et les Deux-Sèvres. D’importants travaux destinés à améliorer l’évacuation des eaux vers l’océan en période de crus sont réalisés, ainsi que des travaux d’élargissement, de redressement et d’approfondissement de certains canaux. Cependant, ces canaux spécialement aménagés pour la navigation ne seront que peu utilisés pour le transport maritime, concurrencé par le développement du transport ferroviaire en région Poitou. Dans les années 1960, de grands travaux hydro-agricoles sont réalisés (remembrement, création de nouveaux évacuateurs, recalibrage de canaux…). Le marais mouillé disparait autour de la rivière de la Vendée. En 1975, les élus se mobilisent pour créer un syndicat mixte destiné à prendre en compte les problématiques de développement respectueux de l’environnement sur le marais Poitevin, les vallées du bassin versant et les massifs forestiers aux alentours. Le parc naturel régional du marais Poitevin voit ainsi le jour. Cependant, l’assèchement forcé du marais Poitevin a un impact sur la biodiversité, et notamment sur plus de 250 espèces d’oiseaux.

La typologie des marais du parc naturel du marais Poitevin

Contrairement au marais mouillé, le terme de marais desséché ne signifie pas que le marais n’a plus d’eau, mais qu’en théorie, il n’est plus inondable. De même, il ne peut y avoir de marais desséché sans marais mouillé, ce dernier permettant de réguler l’apport d’eau en provenance du bassin versant afin d’éviter les crus. En fait, les marais desséchés sont des étendues artificielles cernées de digues qui les protègent à la fois de la mer et des bassins versants. Tributaire des inondations, le marais mouillé a permis de développer des cultures de cycle court, comme les célèbres mogettes (haricots blancs) dont le cycle est de trois mois.

Le marais naturel a, quant à lui, été aménagé par l’homme. Il est alimenté en eau douce par les fleuves et les ruisseaux côtiers des bassins versants de la Sèvre Niortaise, de la Vendée et du Lay. Complexe, ces canaux sont semblables à ceux des vaisseaux sanguins du corps humain. Grâce à une gestion subtile de l’eau douce, le marais naturel nécessite l’évacuation du trop-plein d’eau en cas de crue, ainsi que l’alimentation régulée en période de sécheresse.

La faune et la flore du marais Poitevin

Le marais étant asséché artificiellement, un entretien régulier est nécessaire. Les berges doivent être consolidées afin de ne pas s’effondrer et les fossés doivent être régulièrement curés afin de ne pas s’envaser. C’est pourquoi, de nombreuses essences d’arbres ont été plantées pour la biodiversité du marais Poitevin.

  • Les peupliers : les nombreux peupliers du marais Poitevin permettent de structurer le paysage. Le peuplier nommé « blanc du Poitou » est traditionnellement l’essence de peuplier la plus recherchée, bien qu’aujourd’hui peu exploitée.
  • Les frênes : les frênes sont taillés en têtard, c’est à dire taillés régulièrement afin que la hauteur du tronc ne dépasse pas deux mètres. Les branches coupées servent de bois de chauffage. Les racines trapues des frênes permettent aussi de maintenir les berges.
  • Les saules : les saules se trouvent principalement en bordure des cours d’eau et certains produisent de l’osier.

On trouve aussi d’autres essences d’arbres comme le charme commun, le peuplier noir, le saule blanc, le chêne pédonculé ou encore l’érable ou l’orme champêtre.

On doit le nom de « Venise verte » à la lentille d’eau, une plante aquatique flottante présente dans les marais mouillés. Le marais Poitevin comptabilise pas moins de six espèces de lentilles d’eau. On trouve aussi les plantes des prairies, les plantes du littoral, les plantes aquatiques, les plantes des rives et les plantes de dunes.

La loutre d’Europe, une espèce protégée rare et menacée, est très présente dans le marais Poitevin. Six espèces de hérons sont aussi présentes dans le marais, la plus connue étant le héron cendré et ses 760 couples annuels. Depuis 2007, la grande aigrette est aussi présente dans le marais Poitevin. Autrefois, le marais abritait aussi de nombreuses anguilles, espèce aujourd’hui menacée du fait de la surpêche des civelles (alvins d’anguilles). La libellule, elle, contribue à diminuer la prolifération des moustiques du marais Poitevin.

La barque est devenue le moyen de transport touristique du marais Poitevin

La barque traditionnelle du marais Poitevin

Pendant plusieurs siècles, la barque a été le seul moyen de transport pour les habitants du marais Poitevin et ce, jusque dans les années 1960. Ensuite, l’aménagement de chemins et de passerelles a permis l’accès au marais Poitevin en véhicule. La barque traditionnelle est en bois ou en fer et certaines ont été construites pour l’acheminement d’animaux ou de matériaux lourds. Dès les années 1920, la barque devient un moyen de transport touristique et de nos jours, les bateaux sont principalement fabriqués en résine. Il est difficile aujourd’hui de se procurer une barque en bois construite dans les règles de l’art. Les barques peuvent être dirigées debout ou assis et l’arrière effilée de l’embarcation permet une maniabilité exceptionnelle à l’aide d’une rame (la pelle, une rame en bois) ou d’une perche (en bois dotée d’un embout métallique).

Les barques, selon leur utilisation, affichent des dimensions différentes : elles mesurent de 9 à 22 pieds pour une utilisation maraîchère, et de 8 à 12 pieds pour la pêche. Les barques destinées au tourisme mesurent quant à elles 13 pieds de long. Autrefois, des barques mesurant de 20 à 22 pieds étaient utilisées pour le transport d’animaux à travers le marais Poitevin. De manière générale, chaque famille vivant dans les marais possédaient plusieurs types de bateaux, en fonction de ses besoins quotidiens.

Le tourisme et le marais Poitevin

Chaque année, le parc naturel régional du marais Poitevin attire près de 1,4 millions de touristes. Il est possible de naviguer sur les canaux du marais Poitevin en barque, avec ou sans batelier. Certains villages comme Coulon ou Magné disposent d’embarcadères et proposent différentes formules pour visiter les marais :

  • Les promenades d’exception : ces ballades, d’une durée de 2-3 heures accompagnées de guides expérimentés sont organisées à l’aurore ou au crépuscule, avec un petit déjeuner ou une dégustation de produits régionaux.
  • Les promenades collectives : cette formule permet d’embarquer sur un bateau pouvant accueillir jusqu’à 12 personnes. D’une durée de 1 à 2 heures, les promenades collectives sont animées par un guide-batelier.
  • L’embarcadère Prada : créé en 1977, cette embarcadère met à disposition des formules de locations de barques, avec ou sans guide.
  • La promenade tradition : cette formule permet de visiter les marais Poitevin seul, en famille ou en petit groupe, à bord d’une barque accompagnée de son guide.
  • Le monstre légendaire du marais Poitevin : cette formule, d’une durée de 2 à 3 heures permet d’embarquer et de partir à la découverte des monstres légendaires du marais Poitevin.

A noter aussi, il est possible de visiter les marais Poitevin en canoë ou en kayak. Le plan des canaux, la liste des embarcadères ainsi que les tarifs et les formules de location sont consultables sur le site Internet www.marais-poitevin.com.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

INSTAGRAM

SPONSOR

spot_img

LATEST

Visitez Carcassonne : son château, ses remparts et sa cité

Carcassonne est une ville française située dans le département de l'Aude, en région Occitanie. Ses remparts historiques et son imposant château en font l'une...

A la découverte du château de Chenonceau, le château des dames

Avec près d'un million de visiteurs chaque année, le château de Chenonceau, surnommé "le château des dames", fait partie des châteaux les plus visité...

Mireille Mathieu, une voix française qui résonne à travers le monde

Née le 22 juillet 1946 à Avignon, Mireille Mathieu est une chanteuse française populaire dans le monde entier et ce, depuis plus de 50...

De Trappes à Hollywood : le rêve américain de l’acteur français Omar Sy

Omar Sy est un acteur français né en 1978 à Trappes, dans le département des Yvelines. Connu pour son duo comique créé avec Fred...

Tout savoir sur les 24 heures du Mans

La compétition automobile des 24 heures du Mans est l'une des plus célèbres course d'endurance automobile du monde, tout comme le grand prix de...