Tout savoir sur le sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes et ses pèlerinages

Le sanctuaire Notre-Dame de Lourdes est un haut lieu de pèlerinage situé dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie. Célèbre pour ses guérisons miraculeuses provenant de l’eau de la grotte de Massabielle, ce sanctuaire catholique s’étend sur près de 52 hectares et attire chaque année plus de 3,5 millions de visiteurs et pèlerins. Composé de plusieurs édifices et lieux de prière parmi lesquels la basilique immaculée-conception et la basilique Saint-Pie-X, le sanctuaire Notre-Dame de Lourdes accueille aussi une dizaine de chapelles, des fontaines, des piscines et le monumental chemin de croix des Espélugues. Dans cet article, nous allons nous intéresser à l’histoire du sanctuaire de Lourdes créé suite aux apparitions de la Vierge Marie à Bernadette Soubirous, tout en nous arrêtant sur les différentes infrastructures qui composent ce haut lieu de pèlerinage situé dans le sud de la France.

Les origines du sanctuaire de Lourdes

Les origines du sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes remontent à 1858, suite aux multiples apparitions de l’immaculée-conception (la Vierge Marie) à Bernadette Soubirous. Cette dernière alors âgée de 14 ans affirme, en effet, avoir été témoin à 18 reprises de l’apparition de la Sainte Vierge à la grotte de Massabielle de Lourdes, entre le 11 février et le 16 juillet 1858. Célèbre dans le monde entier, la jeune femme devenue Sainte Bernadette sera finalement béatifiée le 14 juin 1925 puis canonisée en 1933 par le pape Pie XI. Suite à la proclamation du caractère divin et surnaturel des apparitions par l’évêque de Tarbes, une chapelle est édifiée sur le lieu sacré. En effet, selon Bernadette Soubirous, la Vierge Marie aurait suggéré à la jeune femme de rapporter aux prêtres « la construction d’une chapelle afin que l’on puisse y venir en procession ». L’abbé Peyramale est chargé par l’église catholique de superviser le projet de construction et la mise en œuvre du lieu de pèlerinage. Le projet d’une chapelle qui prendra pied au-dessus de la grotte est validé et portera le nom de « basilique de l’immaculée-conception de Lourdes ». Le 4 août 1864, une statue de la Vierge Marie devant la grotte de Massabielle est bénite par Bertrand Sévère-Laurence, évêque de Tarbes.

La Grotte de Massabielle et la statue de la Vierge Marie attirent de nombreux pèlerins
La Grotte de Massabielle et la statue de la Vierge Marie attirent de nombreux pèlerins

Les infrastructures du lieu de pèlerinage

Suite au rachat de la grotte et de son domaine par le diocèse de Tarbes, des travaux d’aménagement sont réalisés afin d’accueillir des millions de pèlerins chaque année. Sept portes sont édifiées afin d’accéder au domaine. Les plus connues sont la porte Saint-Michel et la porte Saint-Joseph, menant respectivement à l’allée des processions et à la ville de Lourdes. Situé sur la rive gauche du Gave de Pau, le sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes s’étend sur trois axes : la partie centrale accueille la grotte de Massabielle, trois basiliques et diverses annexes. La seconde partie, située au sud, accueille le monumental chemin de croix de l’Espélugue, ainsi que la maison des chapelains. Enfin, la troisième partie, située au nord et sur la rive droite du Gave, comprend la passerelle des piscines, la passerelle des arcades et celle de l’esplanade. La porte Saint-Michel tient son nom de l’archange Saint-Michel, dont la statue couronne aussi le sommet de la célèbre abbaye du Mont Saint-Michel.

La basilique de l’immaculée-conception de Lourdes

Cette basilique est le premier édifice construit sur le sanctuaire de Notre-Dame et ce, suite à la demande effectuée par la Vierge Marie à Bernadette Soubirous lors de ses apparitions. Située au-dessus de la basilique Notre-Dame du Rosaire, elle surplombe la grotte de Massabielle et a été construite entre 1862 et 1871, avant d’être consacrée en 1876 par le pape Pie IX. Les travaux de l’édifice commencèrent par des travaux de voirie, ainsi que l’aplatissement du rocher de Massabielle destiné à recevoir la basilique. L’église fut bénite en 1871 et la consécration solennelle eu lieu le 2 juillet 1876 en présence du cardinal Guibert, archevêque de Paris. Dessinée par l’architecte Hippolyte Durant dans le style néogothique, elle est construite au-dessus d’une crypte et mesure 51 mètres de long par 21 mètres de large. Sa flèche culmine à 93 mètres au-dessus du Gave et le cœur de l’édifice est entouré de 5 chapelles. Toutes les fenêtres sont ornées de vitraux et deux cloches sont ajoutées en 1908 aux quatre cloches de volée. Inscrite aux monuments historiques depuis 1995, sa capacité d’accueil est de 700 places. Rapidement devenue trop petite pour accueillir les nombreux fidèles lors des pèlerinages, les autorités ecclésiastiques décident de construire, dès 1883, un nouvel édifice : la basilique Notre-Dame du Rosaire.

La basilique Notre-Dame du Rosaire

Cette seconde basilique a été construite entre 1883 et 1889 afin de pouvoir accueillir plus de visiteurs au sein du plus important centre de pèlerinage de France. De style romano-byzantin, tout comme Notre-Dame-de-la-Garde à Marseille, cette « basilique inférieure » est située devant et en contrebas de la basilique de l’immaculée-conception, rendant ainsi son accès plus facile. Financée par de nombreux dons catholiques, sa première pierre fut posée le 16 juillet 1883, date du 25ème anniversaire de la dernière apparition de la Vierge Marie à Bernadette Soubirous. Sa décoration intérieure a été confiée au célèbre mosaïste franco-italien Giandomenico Facchina et ne fut terminée qu’en 1907. Une croix et une couronne dorée surmontant la coupole furent installées en 1923. Inscrite aux monuments historiques depuis 1995, la basilique Notre-Dame du Rosaire affiche une superficie de 2 000 m² et peut accueillir jusqu’à 1 500 personnes. L’édifice s’ouvre sur une vaste esplanade pouvant recevoir jusqu’à 80 000 visiteurs et est encadré par deux rampes d’accès en hémicycle. Dépourvue de vitrage, l’intérieur de l’édifice religieux est recouvert de mosaïques sur plus de 2 000 m² de surface. Se révélant à son tour insuffisante en termes de capacité d’accueil, les autorités ecclésiastiques décideront, 50 ans plus tard, de construire un troisième édifice : la basilique souterraine Saint-Pie-X.

La basilique souterraine Saint-Pie X peut accueillir jusqu'à 25000 personnes
La basilique souterraine Saint-Pie X peut accueillir jusqu’à 25000 personnes

La basilique souterraine Saint-Pie-X

Construite sous l’esplanade du Rosaire entre 1956 et 1958, cette basilique inaugurée lors du centenaire des apparitions de la Vierge Marie peut désormais accueillir jusqu’à 25 000 pèlerins ! Dédié au pape Pie X, le bâtiment devait à l’origine servir de grand abri pour les processions et être utilisé en cas d’intempéries. Sa construction a nécessité la destruction du monument de la paix, un édifice religieux dédié aux morts datant de 1920. Le démarrage des travaux débute en 1956, après avoir reçu la bénédiction de l’archevêque de Lyon le 30 mai. Entièrement construite sous terre, l’édifice, réalisé en béton armé, est situé sous le niveau du Gave de Pau et sa construction a coûté près de 40 millions d’euros. De forme ellipsoïdale, la basilique souterraine mesure 201 mètres de long par 81 mètres de large, soit une superficie totale de 12 000 m². Accessible via deux larges entrées, son autel, disposé en son centre, est visible de tous les pèlerins.

L’église Sainte-Bernadette du sanctuaire de Lourdes

Située face à la grotte de Massabielle, cette église est le dernier édifice religieux construit dans l’enceinte du sanctuaire de Lourdes. Comme son nom l’indique, elle est dédiée à Sainte Bernadette, auparavant connue sous le nom de Bernadette Soubirous. C’est aussi l’endroit où se réunit l’assemblée plénière des évêques de France et ses travaux de construction ont débuté en 1986. L’église Sainte-Bernadette a été inaugurée le 25 mars 1988 pour le 130 ème anniversaire des apparitions de la Vierge Marie. De style brutaliste, cet édifice religieux est avant tout conçu pour être polyvalent et modulaire afin d’accueillir jusqu’à 5 000 personnes, dont 300 malades en voiturettes.

Les pèlerinages à Lourdes

Les premiers pèlerinages remontent à 1858, date à laquelle l’immaculée-conception est apparue à Bernadette Soubirous. De nos jours, la saison des pèlerinages se déroule chaque année de mars à octobre et rassemble des millions de visiteurs en provenance de toute l’Europe et d’ailleurs. En France, les pèlerinages sont généralement organisés par chaque diocèse. Les plus anciens sont :

  • Le pèlerinage national de l’Assomption : organisé depuis 1873 vers le 15 août, il rassemble chaque année près de 8 000 visiteurs.
  • Le pèlerinage du Rosaire : organisé depuis 1908 par les dominicains tous les 7 octobre, il réunit jusqu’à 17 000 pèlerins !
  • Le pèlerinage militaire international : organisé fin mai et depuis 1958 par le diocèse aux Armées Françaises, il rassemble jusqu’à 12 000 fidèles.
  • Le pèlerinage international de l’ordre de Malte : organisé depuis 1958 au début du mois de mai par l’ordre de Malte, il réunit environ 16 000 personnes.

Tous ont la particularité de compter parmi leurs participants de nombreux malades et personnes handicapées. Ils sont pris en charge par des bénévoles généralement composés d’hospitaliers, de brancardiers ou encore d’infirmiers. A noter aussi que la moitié de la fréquentation du sanctuaire de Lourdes est constituée de voyageurs et fidèles indépendants, qui se rendent sur le sanctuaire de Notre-Dame par leurs propres moyens.

Les guérisons miraculeuses à Lourdes

Durant ses apparitions à Bernadette Soubirous, la Vierge Marie aurait déclaré : « venez boire à la fontaine et vous y laver ». Depuis, les pèlerins affluent pour boire cette eau aux multiples fontaines ou se baigner dans les piscines du sanctuaire. Ainsi, de nombreuses personnes déclarent avoir été guéries lors d’un pèlerinage à Lourdes. Un bureau des constatations médicales a même été créé en 1884 afin d’examiner les déclarations ! En 2020, le nombre de guérisons miraculeuses s’élèvent à 70, après validation d’un processus pouvant s’étaler sur plusieurs années. Le taux de guérison dû aux miracles est de l’ordre de 0.001%. Selon Jacques Perrier, évêque de Tarbes et de Lourdes, l’attitude actuelle des médecins est très respectueuse du magistère de l’église. Ces derniers savent en effet qu’un miracle est un signe d’ordre spirituel quand bien même certaines guérisons restent médicalement inexpliquées.

Nous vous invitons à consulter le site www.lourdes-france.com afin d’organiser votre séjour à Lourdes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

SPONSOR

spot_img

LATEST

Mathieu Amalric : biographie d’un caméléon du cinéma

Dans le monde fascinant du cinéma français, certains acteurs se démarquent non seulement par leur talent, mais aussi par leur capacité à se métamorphoser...

A la découverte du château de Chantilly

Classé monument historique depuis 1988, le château de Chantilly est un château situé dans le département de l'Oise, au nord de Paris. Célèbre pour...

Bonifacio et ses falaises : voyage au bord de la Méditerranée

Nichée à l'extrémité méridionale de la Corse, Bonifacio se dresse fièrement, offrant un panorama époustouflant entre mer et montagnes. Cette cité millénaire, avec son...

Annecy, destination parfaite pour un séjour autour du lac

À l'ombre des majestueuses Alpes françaises, nichée dans un écrin de verdure, se trouve une perle rare qui attire chaque année des visiteurs du...

Carrefour : le leader français pionnier de la grande distribution

Carrefour est une entreprise française créé en 1959 à Annecy, dans le département de la Haute-Savoie. Spécialisée dans la grande distribution, l'enseigne est aussi...