Tout savoir sur le muséum national d’histoire naturelle de Paris

Le muséum national d’histoire naturelle de Paris (MNHN) est un musée constitué de 14 sites répartis dans la capitale et dans différentes régions de France. Il comprend un ensemble de galeries scientifiques sous forme de musées spécialisés dans les sciences de la vie et de la terre. Le muséum national d’histoire naturelle de Paris affiche de magnifiques collections issues de la préhistoire, de la géologie et de la minéralogie. Plus de 7 000 espèces d’animaux naturalisés y sont exposés ainsi que les plus belles variétés de plantes et d’arbustes tropicaux. Dans cet article, nous allons nous pencher sur les origines du muséum national d’histoire naturelle de Paris, et partir à la découverte de ses plus belles galeries situées dans le jardin des plantes.

L’histoire du muséum national d’histoire naturelle de Paris

Créé en 1793, le muséum national d’histoire naturelle de Paris est initialement issu de la métamorphose du jardin royal des plantes, un lieu où traditionnellement on enseignait la botanique, mais aussi l’histoire naturelle. Dès 1626, le médecin du roi, Guy de la Brosse, persuade Louis XIII de créer, dans la capitale, un jardin composé de plantes médicinales. Il faut attendre 1640 pour voir le jardin royal des plantes médicinales ouvrir. Des cours sur la culture et sur l’utilisation des plantes y sont dispensés pour les futurs médecins, et ces cours sont aussi accessibles au grand public. Au 18è siècle, l’activité se diversifie et l’on passe progressivement de l’art de guérir par les plantes à l’histoire naturelle. La révolution française de 1789 va bouleverser considérablement le fonctionnement du jardin. Daubenton est nommé directeur et ce dernier charge une commission de rédiger le règlement de la nouvelle institution, qui s’articulera désormais autour d’un musée, afin d’instruire le grand publique. Daubenton souhaite ainsi constituer des collections et participer activement à la démocratisation de la recherche scientifique. Le projet abandonné pendant quelques années est finalement présenté à l’assemblée nationale en 1793 par Joseph Lakanal, un homme politique français. La même année, un décret établissant l’ouverture d’un musée offre au jardin un statut juridique indépendant. Durant les années 1793 à 1795, de nombreux objets confisqués par le gouvernement révolutionnaire doivent être triés et stockés dans la capitale, et la refonte des lieux de conservation donne naissance à l’apparition de nouveaux musées. Le musée d’histoire naturelle devient alors musée nationale d’histoire naturelle. Au début du 19è siècle, l’étude de la vie animale devient plus importante que celle des plantes, notamment grâce à l’arrivée du naturaliste Etienne Geoffroy Saint-Hilaire. Proche des idées de Lamarck, un autre naturaliste français, Etienne Geoffroy Saint-Hilaire créé la ménagerie, un parc zoologique au cœur de l’actuel jardin des plantes. La multiplication des voyages au cours du 19è siècle augmente considérablement les collections exposées au muséum national d’histoire naturelle de Paris.

Spécimen d’un crâne de T-rex dans la galerie paléontologie et anatomie comparée

Les différents lieux de visite du muséum national d’histoire naturelle de Paris

Le muséum national d’histoire naturelle de Paris (MNHN) s’articule autour de 14 sites répartis dans la capitale mais aussi dans certaines régions de France. Les sites du muséum national d’histoire naturelle de Paris en IIe de France sont :

  • Le musée de l’homme : situé sur la place du Trocadéro, face à la tour Eiffel, le musée de l’homme s’étend sur 2 500m² et accueille de prestigieuses collections sur la préhistoire.
  • La grande galerie de l’évolution : située au jardin des plantes, la grande galerie de l’évolution accueille 7 000 espèces d’animaux naturalisés issus des 4 coins du globe.
  • La galerie paléontologie et d’anatomie comparée : située rue Buffon, cette galerie accueille les plus beaux spécimens d’animaux disparus, comme les dinosaures.
  • La galerie de géologie et de minéralogie : située au jardin des plantes, cette galerie abrite une collection composée de roches, de météorites et de cristaux géants.
  • La galerie des enfants : ouverte en 2010, la galerie des enfants accueille des collections d’animaux naturalisés et des jeux interactifs sont proposés.
  • Le parc zoologique de Paris : situé à proximité du château de Vincennes, le parc zoologique de Paris rassemble plus de 3 000 animaux et 234 espèces.
  • Le jardin des plantes.
  • La ménagerie, zoo du jardin des plantes.
  • Les grandes serres du jardin des plantes.

Les sites du muséum national d’histoire naturelle de Paris en province sont :

  • Le marinarium de Concarneau : fondé en 1859 par Victor Coste, le marinarium de Concarneau élève et rassemble des animaux marins.
  • La réserve zoologique de la Haute-Touche : située dans le département de l’Indre, la réserve zoologique de la Haute-Touche abrite 1500 animaux issus de 5 continents, sur 450 hectares.
  • L’arboretum Versailles Chèvreloup : situé à Rocquencourt, dans le département des Yvelines, l’Arboretum Versailles Chèvreloup abrite 2 500 espèces d’arbres et 8 000 plantes sous serres.
  • Le jardin botanique Val Rahmeh de Menton : situé en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, ce jardin botanique exotique d’une surface de 1.5 hectare abrite les plus belles espèces de plantes et d’arbres tropicaux.
  • Le Harmas Jean-Henri Fabre : ce laboratoire à ciel ouvert abrite plus de 500 variétés d’arbustes et de plantes méditerranéennes.
  • L’abri Pataud : situé en Dordogne, l’abri Pataud est un site préhistorique où se côtoient un chantier de fouilles et des techniques d’archéologues.
  • Le jardin alpin La Jaysinia : situé en Haute-Savoie, ce jardin botanique alpin s’étend sur 3.7 hectares et offre un écrin constitué de 2 500 espèces de fleurs de montagne.
  • Le paléosite de Sansan : situé dans le département du Gers (32), le paléosite de Sansan accueille les visiteurs autour d’un sentier pédagogique long de 3 kilomètres, et permet de découvrir 900 espèces d’animaux disparues.
Squelettes d’animaux visibles dans la galerie de paléontologie et d’anatomie comparée

La grande galerie de l’évolution du muséum national d’histoire naturelle de Paris

Labélisée musée de France, la grande galerie de l’évolution est située dans la partie sud-ouest du jardin des plantes. Créée à partir de l’ancienne galerie de zoologie, la grande galerie de l’évolution est un espace d’exposition dédié à l’évolution des espèces et à la diversité du monde vivant. Des espèces disparues ou menacées y sont présentées dans une ambiance crépusculaire. La grande galerie de l’évolution comporte aussi la galerie des enfants, un espace ludique et coloré. Le sous-sol de la galerie est quant à lui dédié à des expositions temporaires. Répartie sur plusieurs niveaux, la galerie de l’évolution s’organise de la façon suivante :

  • Niveau 1 : ce niveau illustre la diversité du vivant qui peuple les milieux marins et terrestres.
  • Niveau 2 : ce niveau illustre l’impact de l’homme sur les milieux naturels et les évolutions que cela peut engendrer.
  • Niveau 3 : ce niveau illustre l’évolution de la vie et ses grands mécanismes.

Au fil des années, la galerie de l’évolution a connu diverses transformations. Créée en 1889 par Jules André, elle s’articule autour d’un immense hall et de 3 balcons éclairés par une gigantesque verrière de 1 000m². 7 000 espèces d’animaux naturalisés plus vrais que nature nous sensibilisent sur les milieux naturels et sur la vie animale.

La galerie de paléontologie et d’anatomie comparée du muséum nationale d’histoire naturelle de Paris

Situé dans le jardin des plantes, à proximité de la gare d’Austerlitz, la galerie de paléontologie et d’anatomie comparée a ouvert ses portes en 1898. Elle s’étend sur près de 2 500m² répartis sur 3 niveaux :

  • La galerie d’anatomie comparée occupe le rez-de-chaussée du bâtiment.
  • La galerie de paléontologie occupe les 2 autres étages : au 1er, on trouve les vertébrés fossiles et au second, les invertébrés et plantes fossiles.

Parmi les spécimens les plus remarquables, on trouve dans la galerie d’anatomie comparée le squelette du rhinocéros de Louis XV, dont la peau se trouve à la grande galerie de l’évolution. On y trouve aussi le squelette complet d’un thylacine, un loup de Tasmanie, espèce considérée comme éteinte depuis 1936.

La galerie de paléontologie abrite aussi l’unique squelette de mammouth laineux et le moulage du squelette d’un diplodocus de 25 mètres de long datant du début du 20è siècle, et dont l’original date de -136 à -140 millions d’années !

La galerie de géologie et de minéralogie du muséum national d’histoire naturelle de Paris

La galerie de géologie et de minéralogie comporte une collection d’environ 770 000 spécimens composés essentiellement de roches, de cristaux, de météorites et de pierres fines et précieuses. Située dans le jardin des plantes, la galerie de géologie et de minéralogie s’étend sur une surface de 2 000m² dans un bâtiment de style néoclassique. Son imposante nef centrale longue de 187 mètres accueille la galerie des colonnes. La galerie de géologie et de minéralogie comprend :

  • 334 000 échantillons de roches.
  • 135 000 échantillons de minéraux.
  • 1 500 météorites.
  • 8 kilomètres de carottes sédimentaires (échantillons extraits du sol par des appareils de forage).
  • 30 cristaux géants.
  • Une collection de pierres précieuses en provenance des collections royales.
  • Des tableaux et des fresques illustrant la tectonique, la géologie et la minéralogie.
La galerie de géologie et de minéralogie est composée de plus de 700 000 pierres, roches et cristaux

Le musée de l’homme du muséum national d’histoire naturelle de Paris

Installé dans la Palais de Chaillot, le musée de l’homme a été créé par Paul Rivet à l’occasion de l’exposition universelle de 1937. Le musée de l’homme accueille la plus importante collection française issue des thèmes de la vie, de l’histoire et des civilisations de l’homme. Après 6 ans de travaux, le musée de l’homme à réouvert ses portes en octobre 2015 et propose désormais un parcourt permanent, ainsi que des expositions temporaires. Le musée de l’homme s’articule autour de 2 départements scientifiques :

  • Le département préhistoire et hommes
  • Le département natures et sociétés

Une bibliothèque de recherche et des activités d’enseignements sont accessibles au public. Le musée de l’homme s’étend sur une surface de 2 500m² et accueille des collections issues de l’anthropologie, de l’archéologie et de la préhistoire. Des squelettes, des bustes, des crânes ou encore des momies y sont exposés, ainsi que des fossiles originaux de l’homme de Cro-Magnon. Au total, le musée de l’homme comptabilise :

  • 700 000 pièces préhistoriques,
  • 100 000 pièces ethnobiologiques,
  • 30 000 pièces anthropologiques,
  • 6 000 pièces ethnologiques,
  • 1 000 squelettes,
  • 18 000 crânes, dont celui de Descartes !
  • 63 momies.

Tarif, horaires, réservation des billets, ainsi que toutes les informations concernant le muséum national d’histoire naturelle de Paris sont accessibles sur le site Internet www.mnhn.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

INSTAGRAM

SPONSOR

spot_img

LATEST

La cathédrale Notre-Dame de Reims, réalisation majeure de l’art gothique

La cathédrale Notre-Dame de Reims est un édifice religieux situé dans le département de la Marne, dans la région Grand-Est. De style gothique romaine,...

Roland Garros, le tournoi de tennis français

Roland Garros est un tournoi de tennis français qui se déroule chaque année à Paris. Organisé sur terre battue, Roland Garros est l'un des...

A la découverte du marais Poitevin, la Venise verte

Le marais Poitevin est une région naturelle de France située dans les régions Nouvelle-Aquitaine et Pays de la Loire. Réparti sur les départements de...

A la découverte du château de Chantilly

Classé monument historique depuis 1988, le château de Chantilly est un château situé dans le département de l'Oise, au nord de Paris. Célèbre pour...

Tout savoir sur Cheverny, le château de la Loire ayant inspiré Moulinsart

Le château de Cheverny est un château de la Loire situé dans le département du Loir-et-Cher, en région Sologne. Classé monument historique depuis 2010,...