A la découverte du château de Chenonceau, le château des dames

Avec près d’un million de visiteurs chaque année, le château de Chenonceau, surnommé « le château des dames », fait partie des châteaux les plus visité de France, derrière le château de Chambord et le château de Versailles. Situé en Touraine, à proximité de la ville d’Amboise, le château de Chenonceau est un fleuron de l’architecture du Val de Loire, avec sa double galerie dominant le Cher. Construit à partir de 1513 par Katherine Briçonnet, une architecte tourangelle, le château de Chenonceau s’est développé et embelli sous les règnes de Diane de Poitiers et de Catherine de Médicis. Dans cet article, nous allons nous intéresser à l’histoire du château de Chenonceau, et plus particulièrement aux dames qui l’ont possédé.

Le château de Chenonceau vu du ciel

L’histoire du château de Chenonceau

Thomas Bohier, un jeune bourgeois de Tours, achète en 1496, le domaine ou s’érigera le futur château de Chenonceau, en remplacement du Manoir du Couldray. En 1512, après plusieurs années de batailles juridiques avec les Marques, anciens propriétaires du domaine, Thomas Bohier prend intégralement possession des lieux qui s’étendent sur près de 1680 hectares. Dès 1513, Thomas Bohier et son épouse Katherine Briçonnet, une architecte issue d’une riche famille provinciale, engagent la transformation du domaine en rasant l’ancien château des Marques, mais en conservant la plateforme d’origine qui servira d’esplanade d’accès au nouveau château. La tour des Marques et le puit attenant sont également conservés, et les travaux de construction du futur château de Chenonceau dureront jusqu’en 1521. En 1526, après les décès de Thomas Bohier et de Katerine Briçonnet, un contrôle des comptes publics fait ressortir un détournement de fonds de la part de Thomas Bohier. Le roi François 1er impose alors une forte amende aux héritiers du château et en 1538, le domaine de Chenonceau est cédé au roi puis devient résidence royale. Mais durant son règne, le roi François 1er n’entreprend aucuns travaux de décoration et de rénovation, ce dernier portant son attention sur le château de Chambord. A la mort de François 1er en 1547, son fils Henri II offre le château de Chenonceau à Diane de Poitiers.

Le château de Chenonceau sous Diane de Poitiers

Dès 1551, Diane de Poitiers fait aménager un jardin de 2 hectares qui portera son nom. Une levée de terre permet à cet espace d’être protégé des inondations et d’importants travaux de maçonneries sont réalisés autour du jardin, afin de créer une terrasse et la réalisation d’un parterre. En 1552, le jardin Diane de Poitiers est aménagé avec des plantations supervisés par les grands seigneurs et possesseurs des jardins de la Touraine. Cette même année, Diane de Poitiers reçoit Henri II et Catherine de Médicis à Chenonceau. Elle confie aussi à l’architecte Philippe Delorme la construction d’un pont reliant le château à la rive gauche, afin de créer de nouveaux jardins et domaines de chasse. Les travaux durent 3 ans mais le roi Henri II mortellement blessé à Paris, ne pourra inaugurer l’ouvrage. A la mort de ce dernier, son épouse Catherine de Médicis contraint sa rivale Diane de Poitiers à restituer le château de Chenonceau à la couronne, en échange du château de Chaumont-sur-Loire.

Une des galerie du château de Chenonceau

Le château de Chenonceau sous Catherine de Médicis

En mars 1560, Catherine de Médicis organise une fête à Chenonceau en l’honneur de François II, qui décèdera quelques mois plus tard à l’âge de 16 ans. En décembre 1560, Catherine de Médicis est nommée gouvernante de France et Charles IX succède à son frère défunt. Des travaux d’embellissements du château de Chenonceau débutent en 1561 avec l’aménagement du parc de Francueil et la création d’un nouveau jardin, en aval de la terrasse des Marques. Une nouvelle grande fête est organisée en 1563 en l’honneur de Charles IX et des personnalités comme le prince de Condé ou le jeune Henri III sont conviées. La cour quitte ensuite Chenonceau pour le domaine de Chambord et Charles IX meurt en 1574 au château de Vincennes. Son frère Henri III, nouveau roi de France, lui succède et épouse, en 1575, Louise de Lorraine. Avec la construction de deux galeries superposées sur le pont du château, Catherine de Médicis prévoit un grand projet afin de rivaliser avec des domaines comme le château de Chambord ou le château de Versailles. En 1589, Catherine de Médicis meurt au château de Blois et son fils, le roi Henri III, meurt la même année, assassiné à Saint-Cloud. Henri de Navarre devient alors roi de France sous le nom d’Henri IV.

Le château de Chenonceau sous Louise de Lorraine

En 1589, Louise de Lorraine, épouse du roi Henri III, reçoit Chenonceau en héritage. Très affectée par le décès de son mari, Louise de Lorraine fait du château de Chenonceau un lieu de recueillement où elle porte la couleur du deuil royal, le blanc, ce qui lui vaudra le surnom de « dame blanche de Chenonceau ». Le château est enveloppé de noir et de motifs funèbres, à la mesure du chagrin de la reine. La chambre de Louise de Lorraine, peinte en noir et à la décoration lugubre, est un oratoire situé au second étage du château qui restera en place plus d’un siècle. En 1593, le château de Chenonceau, fortement endetté, est mis en vente par la chambre du Parlement. Gabrielle d’Estrées, épouse d’Henri IV, permettra à Louise de Lorraine de conserver la jouissance de Chenonceau jusqu’à son décès en 1601 et ce malgré, les dettes dont elle ne peut s’acquitter. Le château de Chenonceau est ensuite légué à César de Vendôme (fils d’Henri IV et de Gabrielle d’Estrées) et à son épouse Françoise de Lorraine (nièce de Louise de Lorraine). En 1606, la duchesse de Mercœur, Marie de Luxembourg, devient la nouvelle propriétaire du château de Chenonceau, jusqu’à sa mort en 1623. En 1624, César de Vendôme prend possession du domaine pour le céder, par la suite, à son fils Louis Joseph de Vendôme. Après avoir été cédé à Louis-Henri de Bourbon, Chenonceau est vendu à Claude Dupin, un financier français originaire du Berry. Désormais, le château de Chenonceau n’appartient plus à la royauté.

Le château de Chenonceau sous Claude et Louise Dupin

Claude Dupin est un riche fermier général, propriétaire du prestigieux hôtel Lambert à Paris. Il épouse, en secondes noces, Louise Dupin, la fille naturelle de sa veuve. En 1722, Louise Dupin organise un salon où elle convie Voltaire, Montesquieu et Jean-Jacques Rousseau, devenu secrétaire particulier des époux Dupin. Claude et Louise Dupin entament une série de travaux d’embellissements à l’intérieur du château et les appartements funèbres de la reine Louise de Lorraine sont redécorés. La galerie du premier étage est distribuée en chambres desservies par un long couloir et le couvent des capucines est réaménagé. Les jardins laissés en friche sont replantés et les vignobles reconstitués. Abandonné pendant près de 100 ans, Chenonceau retrouve toute sa splendeur d’antan grâce au couple Dupin. La différence d’orthographe entre Chenonceau (sans x) qui indique le château, et Chenonceaux (avec un x) qui indique la commune, est attribuée à Louise Dupin, bien qu’aucune archive ne puisse en attester. Parallèlement, les déboires et l’accumulation des dettes de leur fils Jacques-Armand Dupin de Chenonceaux oblige le couple Dupin à faire enfermer ce dernier dans une forteresse proche de Lyon.

La cuisine du château de Chenonceau

Le château de Chenonceau après la Révolution Française

Depuis la Révolution Française, le château de Chenonceau a appartenu à plusieurs familles. Le comte René de Villeneuve en a été le propriétaire durant 65 ans et ses deux héritières le vendront en 1864 à madame Pelouze, une femme de médecin qui chargera l’architecte Félix Roguet, de remettre à neuf Chenonceau. Ruinée, madame Pelouze vend le domaine en 1889 au Crédit foncier, avant que ce dernier ne s’en sépare en 1891, en le cédant à José Emilio Terry, un député de la Havane, dont le père était banquier et propriétaire de cannes à sucres à Cuba. En 1913, le domaine est mis en vente aux enchères publiques et Henri Menier, un industriel spécialisé dans le chocolat, en fait l’acquisition. De nos jours, le château de Chenonceau est toujours la propriété de la famille Menier.

Organiser votre séjour au château de Chenonceau

Il existe plusieurs façons de visiter le domaine de Chenonceau :

  • En bateau : effectuez à bord d’une gabare ou d’une toue une ballade sur le Cher en passant sous les arches de ce somptueux château renaissance.
  • En canoë : montez à bord d’un canoë canadien et partez à la découverte du Cher ou de la Loire.
  • A vélo : découvrez les charmes de la Vallée du Cher sur un vélo tout équipé, sur la piste cyclable « le Cher à vélo » et rejoignez le château et ses vignobles pour une ballade en famille de 12 kilomètres.

Chenonceau et son patrimoine sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco depuis le 9 juillet 2017. Toutes les informations concernant l’hébergement et l’organisation de votre voyage en Val de Loire sont disponibles sur le site internet www.chenonceau.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

INSTAGRAM

SPONSOR

spot_img

LATEST

Beauval, le ZooParc le plus visité de France

Le ZooParc de Beauval est le zoo le plus visité de France avec plus de 1,5 million de visiteurs chaque année. Situé à Saint-Aignan-sur-Cher,...

Tout savoir sur Cheverny, le château de la Loire ayant inspiré Moulinsart

Le château de Cheverny est un château de la Loire situé dans le département du Loir-et-Cher, en région Sologne. Classé monument historique depuis 2010,...

Visitez Carcassonne : son château, ses remparts et sa cité

Carcassonne est une ville française située dans le département de l'Aude, en région Occitanie. Ses remparts historiques et son imposant château en font l'une...

Le Centre Pompidou, le musée dédié à l’art moderne et à l’art contemporain

Le Centre Georges Pompidou, communément appelé Centre Pompidou, est un musée d'art moderne et contemporain situé dans le 4e arrondissement de Paris, entre le...

A la découverte du marais Poitevin, la Venise verte

Le marais Poitevin est une région naturelle de France située dans les régions Nouvelle-Aquitaine et Pays de la Loire. Réparti sur les départements de...